Musée Guimet

Inspirées par le voyage d’Émile Guimet, par la vivacité du trait et la tendresse du regard de Félix Régamey, les performances des différents artistes s’attachent à revisiter les archives visuelles et sonores avec un regard contemporain et poétique. Le temps d’une soirée, le musée crée des espaces de rencontres, d’échanges et de découvertes. Par une expression artistique collective, les artistes portent un nouveau regard sur le musée, son histoire et ses archives. Le label Tsuku Boshi invite des musiciens de différentes nationalités à participer à la création d’une grande fresque sonore composée à partir des archives sonores du musée. Une station d’écoute des disques 33t issus de la collection du musée (sous réserve) et un acousmonium de la compagnie Alcôme baignent les visiteurs dans les archives sonores du MNAAG.

Avec : AKM, Meryll Ampe, Armando Balice, Julien Beau, Ludwig Berger, Daniel Cabanzo, Thomas Carteron, Chra, Maria Costa, Tomoyoshi Date, dZouLia, Laurent Fairon, Livia Giovaninetti, Cyril Gourvat, Hippies wearing muzzles, Hogo, Masashi Isai, Kassel Jaeger, Yamori Kota, Philippe Lamy, Vincent Laubeuf, Nicolas Marty, Mokuhen, Nicolas Montgermont, Asako Miyaki, Ocean Viva Silver, Mika Oki, Gaetan Parseihian, Audrey Poujoula, Fabio Perletta, Paul Ramage, Maylis Raynal, Sebastien Roux, Alexandra Spence, Sustained Memories, Hideki Umezawa, Valerie Vivancos, Francois Wong, Philippe Zulaica

INTERCAL est proposée comme une mission qui cherche à valoriser le potentiel de la Sorbonne, architecture et culture confondue, la programmation de l’événement réunira des artistes qui engageront un véritable dialogue entre le lieu, leur art et le public. INTERCAL est un espace médian, une cartographie sonore et visuelle, à destination d’un espace cible. Le projet a pour ambition d’introduire les nouvelles pratiques émergentes, en lien avec les nouvelles technologies, au cœur de la Sorbonne. Prenant comme source d’inspiration la Sorbonne et son histoire, comme outils les nouvelles technologies de création numérique, et comme axe de travail « l’hantologie résiduelle* », les artistes invités, auront pour mission de créer des œuvres en dialogue avec un espace donné, de proposer une nouvelle lecture, appréhension, perception des lieux investis.

Avec : Laurent Guérel, Sébastien Roux, Nicolas Charbonnier, Arthur Zerktouni et Julien Beau

NUIT BLANCHE 2014

INTERCAL est proposée comme une mission qui cherche à valoriser le potentiel de la Sorbonne, architecture et culture confondue, la programmation de l’événement réunira des artistes qui engageront un véritable dialogue entre le lieu, leur art et le public. INTERCAL est un espace médian, une cartographie sonore et visuelle, à destination d’un espace cible. Le projet a pour ambition d’introduire les nouvelles pratiques émergentes, en lien avec les nouvelles technologies, au cœur de la Sorbonne. Prenant comme source d’inspiration la Sorbonne et son histoire, comme outils les nouvelles technologies de création numérique, et comme axe de travail « l’hantologie résiduelle* », les artistes invités, auront pour mission de créer des œuvres en dialogue avec un espace donné, de proposer une nouvelle lecture, appréhension, perception des lieux investis.

Reflet

 

reflet / aposiopèse
reflet / aposiopèse
J U L I E N    B E A U   —    R E F L E T
7 abstract pieces of musique concrete combining electronic and acoustic sources for a chaotic mixture of sonic and textural elements. His main medium here seems to be the computer, mixing with found sounds and turntables, however the incorporation of strings, woodwinds and piano gives this album the feel of a sort of chamber ensemble of the digital age; wavering string tones intertwine with electrical glitch, nautical echoes and general sensory overstimulation. The first Reflet piece starts with a storm cloud deconstruction that breaks into an orchestral drone and eventually gives way to spring morning. On Ecmnesie we find ourselves sitting at a streetside cafe absorbing the myriad activities and sounds around until reverting to an internal existential monologue (in Spanish) set to somber cello/piano duet. Ominous low end crackling wrought with high end pitches incite and intersect with disintegrating serenity, only to be swept up in a warped pendulum vortex. Electrons spinning twisted circles around solitary piano reflections cradled by a gentle rustling breeze. Ethopee is a 10 minute long contemplation of tense pressure release seeping from behind your eyes out your ears. The piece goes almost absent before reinvading your brain with another dense entropy of sonic variety, full of prayer gongs, frantic scratching and squealing and an omnipresent rumble. Challenging though the album is, these are beautiful complex compositions that are solemn and introspective yet audacious and provocative. (Kfjc)



Format :  Cd-r
Lenght : 44:38 
Composed, recorded and mixed by Julien Beau, Bordeaux / Paris, Fr. 2009 – 2012 : computer, objects, piano, percussions, turntables, field recordings. 
© Julien Beau. All rights reserved (2009-2012).
First released / Feb. 2010 as a 3inch cdr. limited edition.
A. 06. Out of stock.
Julien_beau_reflet_3cdr_inside

2013 : Digital and Cd-r limited edition (60 copies) re-issue  available via bandcamp + Aposiopèse.
This re-issue is long overdue, it comes with bonus tracks : unreleased material from same period sourced from Julien Beau’s archive /// (track “memento” + “”lude rmx” + “atom”) and a recent composition titled “Ecmnésie”