La 25e édition du festival Futura aura lieu du 23 au 27 août 2017 à Crest

Narration

invité : Lionel Marchetti, pour Atlas (97 phénomènes)
et concert hommage : Pierre Henry Apocalypse de Jean, par Jonathan Prager
http://festivalfutura.fr/index.php/programme-festival-futura-2017/
PROGRAMME FESTIVAL FUTURA 2017

Programme Festival Futura 2017

Mercredi 23 août

11h00 Introduction

12h00 Pot d’ouverture du festival

13h30 Concert : musique acousmatique

Jorge David Ortiz Trejo Deconstruction of memories 08’19
Sophie Berger 49°00’ SUD [2016 – création] 04’43
Martina Claussen Flashback [2016] 06’50
Claire Renard L’infini du rythme [2003] 09’22
Jacques Stibler Le temps, la mesure [2016 – création] 16’46

15h00 Concert : musique acousmatique

Alexandre Bellenger Kôeu Steu Lo Plä [2017 – création] 12’11
Maki Litanie [2001] 15’06
Leo Cicala Khoisan [2015] 10’45
Alice Calm Constellation 5 [2013] 6’46
Sina Fallahzadeh Le bruissement de l’aile de Gabriel [2014] 11’19

16h30 Concert : musique acousmatique

Michel Titin-Schnaider Alégorie Japonaise [2017] 30’00
Dante Tanzi Contemporary Waves [2016] 19’13

18h00 Concert : musique acousmatique

Tomonari Higaki création [2017 – création] 20’00
Lucie Prod’homme création [2017 – création] 11:00
Dieter Kaufmann il pleut – pas-sage percussif « 3ème symphonie acousmatique » [2017 – création] 22’05

21h00 Concert: art radiophonique

Denis Dufour Les Cris de Tatibagan [2017] 115’00

Jeudi 24 août

11h00 Concert: conceptuel / Musique et vidéo-texte

Frédéric Acquaviva Ape to Pig [2015-2017] 57’27

13h30 Concert: Prix internationaux
Concours CCMC et Destellos

15h00 Concert : musique acousmatique

Céline Périer Anthropocène [2016] 10’00
Antonio Ferreira About the Shovel and the Atom [2016] 10’30
Christophe Lambert Un tour, détour 6’24
Sylvia Lebranchu Sauvage [2016 – création] 16’56
Matthieu Guillin Superposition pour Bellmer [2016 – création] 12’10

16h30 Concert : musique acousmatique

Remy Carré Pluies rouge [2017 – création] 13’10
Jean Favory Passage-Longitude 40 [2003] 07’42
Agnès Poisson Par Les Vents, chahutée [2017] 12’20
Alain Savouret Vie-vent [2009] 17’34

18h00 Concert hörspiel

Livia Giovaninetti La dernière rose [2017 – création] 45’00

21h00 Film documentaire

Cendrine Robelin La Lucarne des rêves

22h30 art radiophonique

Paul Ramage, Vincent Laubeuf, réalisation Nathalie Salles Torii, la porte du moi [2017]

Vendredi 25 août

11h00 – 23h00 Concert : invité principal

Lionel Marchetti Atlas (97 phénomènes)

En 7 concerts

Samedi 26 août

10h30 Rencontre public avec Lionel Marchetti

13h30 Concert : musique acousmatique

Eric Broitmann La vallée du bonheur profond » [2017] 50’

15h00 Concert : musique acousmatique

Edith Alonso Túnel [2016] 08’37
Claude Hermitte Si (Objets trouvés n°3) [2017] 07’07
Cyril Gourvat Tanvalacruchalo 08’34
Arnaud Laurens La Pieta de Taipe 20’50
Frederico Schumacher La Mecánica de las Cosas [2016] 10’53

16h30 Concert : musique acousmatique

Emilie Mousset Le point de bascul [2017] 08’37
Thomas Hilbert Vert Dordogne [2016] 07’07
Bruno Capelle et Iris Lancery Les pensées de Jeanne [2016 – création] 13’23
Matthieu Perrin et Maël Gros Nausicaa III 10’54
Philippe Leguerinel L’Anse Rouge [2017 – création commande de Motus pour Futura] 20’00

18h00 Concert : musique acousmatique

Armando Balice Euclidiennes ou Symphonie du noir n°1 [2017 – création commande de Motus pour Futura] 45’00

21h00
Pierre Henry Apocalypse de Jean [1968] 1h45

Festival Futura, la 25e édition

Nuit blanche

23h30 Guillaume Contré Création [2017] 40’00

00h11 Luc Ferrari L’escalier des aveugles [1991] 35’00

00h46 Francis Dhomont Signé Dionysos [1986] 27’54

01h14 François Couderc Polygories [2017] 15’48

01h30 Julien Beau Tina [2016] 08’56

01h40 Marie-Hélène Bernard La rivière souterraine [2016] 14’41

01h55 Alexandre Del Torchio Prolifération – propagation [2015] 13’04

02h09 Diana Pérez Custodio Pánico (Panic) 09’00

02h18 Medín Peirón L’enfer musical (Partie IV de «Jardin des délices) 15’15

02h34 Yannick Dauby Tsi̍t lâu tsuí 36’55

03h11 Emmanuelle Jolly L’heure bleue [2016] 17’29

03h30 Pierre-Luc Lecours Impacts discrets 09’13

03h39 Julia Nanda Bejarano López Respiración imaginaria [2017] 10’11

03h50 Thanos Chrysakis Nekyomanteion [2005] 13’07

04h03 Anne-Claude Iger Le voyage immobile [2017] 24’00

04h28 Loïse Bulot Daphnie [2016] 08’52

04h37 Emilie Payeur Synapse [2008] 07’36

04h45 Ana Tapia Rousiouk Les entrailles de la terre [2016] 24’00

05h10 Jean-Philippe Velu Single Combat 08’33

05h19 Isabelle Stragliati o u r t i m e t o g e t h e r [2013] 27’28

05h47 Darren Copeland While Wor king And Walking [2016] 12’25

06h00 Daphnée Tsiouni Chambre no 15, σχοινάρια 05’50

06h06 Yérri-Gaspar Hummel Point de contrôle C. [2016] 06’33

06h13 Chantal Dumas Les petits riens – mécaniques du quotidien [2010 -17] 31’06

06h45 Yoann Sanson Zzzzz# [2017] 22’00

07h07 Frédéric Mathevet Lord of the flies (d’après William Goldin) 35’47

07h43 Emmanuel Mieville Shao Yue temple 10’40

07h55 Felipe Otondo Night Study No. 1 [2013] 09’58

08h05 François Buffet Et to pan 16’35

21 November l Taipei Digital Art Festival, Taiwan

■ Ina-GRM X DAC Taiwan et la France pionnier de la musique électronique et programme d’échange artistique
Ina-GRM X DAC Nouveau projet de musique électronique

14: 00-15: 20
nouvelle génération de l’art sonore électronique —
Concert Musique électronique de nouvelle génération –
Le concert des lauréats du concours de composition acousmatique
Petites Formes France – Taiwan 2014

演出曲目
FENG Ling-Hsuan : SET (2014) – 4’15
Jules WYSOCKI : Esquisse aux cris (2013) – 6’00
CHEN Ying-Jung : Mirage (2014) – 4’30
SHIH Yu : Ring (2014) – 4’43
Pierre-Axel IZERABLE : Mars (2013) – 3’05
WANG Ting-Yun : Industrial Noise (2014) – 6’02
Adrien GARCIA : La Isla (2013/14) – 3’23
LIN Chia-I : Gravity (2014) – 4’02
Julien BEAU : Les poupées de Népenthès (2014) – 3’36
Maxime BARTHELEMY : Bleu, blanche, rouges (2014) – 6’06
JIANG Shu-Ya : A Hidden Kid’s Memory playmate, machine and a broken armor (2013) – 4’16
Ségolène NEYROUD : Feral Thunderstorm (2013) – 4’44

http://digitalartfestival.tw/daf15/zh/performance-2.html

15: 40-17: 00
Rencontres de la musique électronique française et artiste sonore – Daniel Terruggi
FRANCE – TAIWAN, Rencontre avec le directeur de Ina-GRM et de la musique électronique – Daniel Teruggi

17: 20-18: 50
Concert de Pioneer Electronic Music – France Ina-GRM

演出曲目

Festival FUTURA
Contre(r) l’habitude / Si l’artiste, en bon artisan, est celui qui fait montre d’un savoir-faire, il n’en aime pas moins se confronter à l’inconnu. Au fil du temps, il crée sa propre « patte », reconnaissable entre mille, que l’on suit d’une œuvre à l’autre, pour différentes qu’elles soient. Mais que se passe-t-il lorsqu’il décide de mettre en danger ce qui d’une certaine manière assure son identité ? Décalages ou déphasages, botter en touche, créer les conditions d’une différence, aborder son travail depuis un angle insoupçonné et se surprendre soi-même ; sortir par la porte, armé de ses certitudes pour mieux revenir par la fenêtre avec dans les mains quelques gemmes ignorées ; changer tout simplement ses habitudes, car le confort est l’ennemi de la création. Telle serait l’idée maitresse derrière l’édition 2015 du festival Futura : nous avons proposé aux compositeurs et artistes sonores de faire autre chose ou de faire ce qu’ils font, mais de le faire différemment. Garder ainsi en mémoire que composer c’est d’abord faire l’expérience d’une nouveauté, d’une surprise, et qu’afin que cette surprise advienne et perdure aux fils des œuvres et des années, il ne faut avoir de cesse de casser les automatismes, contrarier les attendus (à commencer par les siens propres), tenter l’inédit, oser la contrainte ou la liberté, feindre de renier ce que l’on sait, laisser venir à soi des sensations nouvelles … Que se passe-t-il lorsque l’on tente de faire ce que l’on ne fait pas d’habitude ? Voici donc, en peu de mots, ce que nous proposons. Faire de la 23ème édition du festival Futura l’opportunité de bouger les lignes et de chahuter les esthétiques ; faire de cet événement le creuset d’un renouvèlement permanent des arts du son ; faire que chacune des œuvres qui s’y feront entendre ne soient pas qu’une œuvre de plus dans un catalogue infini ; faire que jeunes compositeurs ou créateurs confirmés se rejoignent dans une même volonté d’invention.

Le Festival Futura 2015 c’est 20 concerts, 1 Nuit Blanche, plus de 50 compositeurs joués dont Kasper T. Toeplitz, Hans Tutschku, 100 haut-parleurs, 6 interprètes sur acousmonium, des portraits de Frédéric Kahn, Agnès Poisson, 13 créations mondiales dont celles de Lucie Prod’homme, Jacques Stibler…, concert anniversaire Ivo Malec, nouvelle génération de compositeurs : Julien Beau, Sophie Delafontaine, , François Dumeaux, Livia Giovaninetti, Paul Ramage…, hommages à Luc Ferrari, Tod Dockstader, Patrick Ascione, acousma internationale (Japon, Belgique, USA, Angleterre, Autriche, Allemagne…), des vidéos-acousmas Robert Cahen/Nicolas Verin, Kei Shichiri/ Tomonari Higaki, Theres Cassini/Dieter Kaufmann… www.festivalfutura.fr

MUSESESSION #2

DENIS STREIBIG, JULIEN BEAU, FRANÇOIS DUMEAUX, PAUL RAMAGE, VINCENT LAUBEUF, MOTUS, OLIVIER LAMARCHE

23_02_15
à 20:30

Théâtre-Studio
16 rue Marcelin Berthelot
94140 Alfortville

Métro 8 École vétérinaire

Entrée libre

La Muse en Circuit et Motus, compagnie en résidence au Centre national de création musicale, expérimentent les nouveaux types de représentation au Théâtre-Studio d’Alfortville.

Second rendez-vous des MuseSessions, expériences sonores et sensorielles où musique acousmatique, improvisation instrumentale et électroacoustique, vidéo, texte, musique contemporaine s’entrelacent au cours du concert où s’alternent visuel, musique, texte lu…

Avec :

Thierry Balasse (gants larsen, synthétiseur analogique, percussions et ordinateur) et Benoît Marchand (voix) improvisation texte/musique à partir du recueil Nous, le ciel de Rémi Chechetto.

Denis Streibig Des Lianes et des stèles [2012] 14’08 acousmatique

Julien Beau Transformer 10′ video-acousma

François Dumeaux イカルス – Ikarusu [2011] 15’13 acousmatique

Environnement sonore : Motus
interprète sur acousmonium : Olivier Lamarche

http://alamuse.com/evenement/musesession-2/

Concours de Musique Acousmatique petites formes 2014 France – Taiwan
Centre culturel de Taiwan à Paris (78 rue de l’Université, 75007 Paris)
Entrée gratuite

Métro 12 : Solférino / RER C : Musée d’Orsay

PROGAMME
FENG Ling-Hsuan : SET (2014)
Jules WYSOCKI : Esquisse aux cris (2013)
CHEN Ying-Jung : Mirage (2014)
SHIH Yu : Ring (2014)
Pierre-Axel IZERABLE : Mars (2013)
WANG Ting-Yun : Industrial Noise (2014)
LIAO Lin-Ni : Le train de la vie I – LR (2010)

Entracte

Adrien GARCIA : La Isla (2013/14)
LIN Chia-I : Gravity (2014)
Julien BEAU : Les poupées de Népenthès (2014)
Maxime BARTHELEMY : Bleu, blanche, rouges (2014)
JIANG Shu-Ya : A Hidden Kid’s Memory playmate, machine and a broken armor (2013)
Ségolène NEYROUD : Feral Thunderstorm (2013)
TSENG Yu-Chung : As Butterflies Flying Under the Curtain (2013)
Christian ELOY : L’Estran (1995)

Info. www.tpmc-paris.com
Renseignement – petitesformes2014@gmail.com

Tsuku Boshi invite Elli records

/// LIVES ///

Stahlstuhl (Elli records)
Unmapped ((Elli records)
Méryll Ampe & Julien Beau (Tsuku Boshi)

//////////////////////


Unmapped :

http://www.unmapped.xyz/
https://soundcloud.com/unmapped

Fondé à Paris en 2007, avec l’objectif d’explorer de nouvelles formes d’écriture, d’expressivité et de modernité, le collectif musical Unmapped a toujours été imaginé comme un laboratoire, donnant une attention toute particulière aux technologies les plus avancées et à l’interactivité homme-machine.
Ensemble à géométrie variable, Unmapped se compose aujourd’hui de onze membres permanents, à la fois compositeurs et instrumentistes. Ils sont très souvent complétés par différents collaborateurs, musiciens et artistes originaires du monde entier.
Tout en développant leur propre langage, personnel et original, à l’aide de leurs différents instruments – traditionnels ou numériques – les membres d’Unmapped ont toujours cherché un équilibre entre deux approches. D’une part, l’expressivité d’une approche intuitive, et d’autre part la dimension opératoire de l’écriture.
Unmapped part de la performance et de l’improvisation comme matériaux privilégiés, et d’une interaction étroite entre gestes instrumentaux, gestes électroacoustiques et transformations de l’un par l’autre. L’idée principale, à savoir la recherche d’une musique vivante et organique, non synthétique en apparence, a mené le collectif vers une pratique expérimentale explorant de nouvelles manières d’improviser et surtout de communiquer entre les musiciens. Travaillant à la fois l’improvisation et la composition sans jamais les dissocier totalement, Unmapped a développé son propre univers poétique, caractérisé par un sens abstrait de la narration, et inspiré par les perturbations et l’enchevêtrement propres aux systèmes vivants.

Méryll Ampe

https://soundcloud.com/ryll-1

Méryll Ampe, sculpteur de formation, artiste sonore, elle développe un travail à partir de la technique du field recording en captant des éléments sonores pour leurs quali- tés tant acoustiques qu’esthétiques.
Ce qui l’intéresse, ce sont les résonances, les ruptures. Ses recherches sont issues de rencontres, de tensions, de juxtapositions d’éléments sonores collec- tés et transformés graduellement.
Elle établit des liens entre sa pratique musicale et sa pratique plastique, puise dans des techniques directement liées à la sculpture: tailler dans la masse, mo- deler, ciseler, en utilisant des outils numériques de traitement du son. L’analyse approfondie des sons permet de capter leurs reliefs initiaux, de les accentuer, et les «sculpter» en temps réel. La notion d’expérimentation dans le domaine sonore la conduit à concevoir la composition comme un espace immersif fait de matières et d’étendues.
Elle investit des lieux pour lesquels elle compose des pièces sonores In-Situ. Sa méthodologie d’écriture introduit la notion de mise en scène du son par la spatialisation, une forme de sonographie de ses pièces sonores.
A travers sa démarche, Méryll Ampe confronte l’auditeur à sa réflexion sur la matérialité du son.

Julien Beau

http://www.julienbeau.wordpress.com

Compositeur, il vit et travaille à Paris. Dans les champs des arts sonores, il se consacre principalement à l’écriture électroacoustique depuis une dizaine d’années. Il participe avec les labels Aposiopèse et Tsuku Boshi à des projets d’arts numériques, de lives et d’improvisations collectives. Ses créations musicales et audiovisuelles ont été joué sur acousmonium en France ainsi qu’à l’étranger avec en autres le SCRIME, Musiques & Recherches, Motus, Alcôme et le GRM.
Avec le collectif Echos Electrik, il développe aujourd’hui des interventions in situ. En Sorbonne lors de la Nuit Blanche 2014 à Paris et en Tunisie lors du festival E-FEST, ce projet intitulé INTERCAL se présente comme des résidences de création éphémère. Dans des espaces divers tels que des musées (Beaubourg, CAPC), des galeries (RTR, AREA, YGREC, AGNES B.) et des lieux publiques (UNESCO, Cmn), il expérimente à chaque moment les dispositifs avec d’autres artistes pour sensibiliser le public à l’écoute.

Stahlstuhl :

https://soundcloud.com/elli-records/stahlstuhl-live-at-jailoo-selection

Olavo Vianna, performance de chaises
Emanuele Battisti, traitement électronique

Le projet Stahlstuhl naît d’une idée de recherche artistique et musicale ayant comme matrice les chaises communément utilisées dans les écoles.
La performance/concert met au centre de la scène la chaise, en tant qu’objet universel faisant partie de la vie quotidienne de chacun, avec le bout de la transformer en un instrument musical et esthétique.

Les possibilités sonores des chaises sont le résultat de l’interaction matérique entre le bois et le métal. De ce point de vue, chaque chaise est un unicum, et pour cette raison chaque concert trouve son acte fondateur dans le choix de l’ “instrument-chaise”, qui aura lieu sur place.

Les musiciens interagissent avec la nature du lieu de représentation, ils en cueillent l’énergie et les impulses pour la construction d’un parcours performatif qui résulte de la mise en relation entre leur sensibilité et l’ambiant où ils se trouvent.

Le travail de recherche artistique se fonde sur des gestes de traînement et percussion de l’objet-chaise. Des éléments de musique concrète s’alternent ainsi à des constructions rythmiques changeantes.

La présence de deux microphones (directionnel et de contact) permet d’envisager un traitement électroacoustique du son naturel, tel qu’il est produit. Par conséquent, les sources sonores sont traitée en temps réel avec l’ordinateur, et le résultat est projeté dans l’espace par le biais d’haut-parleurs. La disposition circulaire de ces derniers est pensée de façon que le public soit enveloppé à l’intérieur d’un système sonore en évolution continue.

Les membres fondateurs de Stahlstuhl sont le performer-musicien Olavo Vianna, et Emanuele Battisti qui s’occupe du traitement électronique. Le duo collabore souvent avec des artistes invités. L’utilisation d’instruments acoustiques a permis notamment une extension de la recherche sur le timbre, dans un équilibre de différences entre sons à hauteur déterminée, sons-bruits, et une projection électroacoustique de ces derniers dans l’espace artificiel étendu.

Tsuku Boshi Records

Tsuku Tsuku Boshi YGREC 6 decembre

View original post